Association

Nationale du

Transport

Aérien

Militaire

 

2007 - Voyage Argentine (2 albums)

Le 16 novembre après-midi, 20 Antamiens se retrouvent à Roissy-CDG et font la connaissance de Bénédicte, accompagnatrice de notre agence, La Maison des Amériques Latines.
Un premier vol avec Air Comet nous transporte à Madrid, puis c'est le départ sur un B747-200 d'Aerolinas Argentinas, pour 12 heures de vol vers Buenos-Aires.
En fait, le vent contraire nous impose une escale à Rio, et dans les lueurs de l'aube, certains contemplent gratuitement la célèbre baie et le Pain de Sucre. Ce n'est que la première des images extraordinaires de ce voyage qui resteront gravées dans nos mémoires .. et dans celles de nos appareils numériques.

En définitive, nous nous posons à Buenos-Aires vers 9 heures du matin, le samedi 17 novembre .
Là, nous trouvons Eugenia, notre guide dans la capitale, récupérons les bagages, et changeons un peu d'argent à l'aéroport international (expérience qui nous servira de leçon : on trouve aisément 10% de plus n'importe où ailleurs).
Puis nous retrouvons M. et Mme Wigniolle qui sont venus avec Air France.
Un premier aperçu de la ville nous emmène à Boca, quartier pauvre caractérisé par des maisons aux couleurs vives, des rues animées par des artistes de rue, des danseurs de tango et le stade où joua Maradona.
Après déjeuner, la visite se poursuit : la très belle avenue 9 de Julio avec son obélisque, probablement la plus .large du monde, les parcs et les rues bordées d'arbres couverts de fleurs bleues, la cathédrale où repose San Martin, le libérateur de l'Argentine, la Casa Rosada (Palais présidentiel).
Puis, c'est le quartier élégant de la Recoleta et son cimetière où reposent les célébrités, dont Eva Peron et le quartier Palermo aux immeubles cossus.
Un très bon dîner au Puerto Cristal, et nous rejoignons l'hôtel Art, dont le charme un peu désuet nous surprend. Nous y reviendrons deux fois, lors de passages à Buenos-Aires (BA).
En effet, le voyage comporte 3 boucles, centrées sur BA :
•  la première au Nord-Est, dont le point fort est constitué par les chutes d'Iguazu,
•  la seconde au bout du monde, à Ushuaia,
•  la troisième au Nord-Ouest autour de Salta.

Le dimanche 18 , après une dégustation de maté dans le bus, nous arrivons à l'église de San Telmo pendant l'office, et poursuivons vers le marché « aux puces » de la place Dorrego , très pittoresque avec ses commerçants déguisés, plus souriants et ludiques que vendeurs. Bref, un endroit très convivial.
S'ensuit un très bon déjeuner au restaurant « Al Viejo Almacen », et après un tour en bus nous flânons au parc de Palermo, inspiré du Bois de Boulogne, avant de rejoindre l'Aeroparque Jorge Newberry, l'aéroport national.
Nous entamons en effet la première boucle, vers le Nord-Est en rejoignant Posadas après un vol d'une heure et demie.
Gabriel , notre nouveau guide nous accueille, et nous conduit à l'hôtel Posadas, au centre ville.

Le lundi 19 , nous faisons une escapade en taxis au Paraguay, pour une visite de 2 des missions autrefois tenues par les Jésuites dans les 3 pays contigus : Argentine, Brésil et Paraguay.
Les ruines d'Encarnation et la mission de Jésus de Tavarangue nous permettent de constater l'importance de ces missions qui pouvaient compter 5000 habitants, placées chacune sous l'autorité et la direction de 2 prêtres.
L'ensemble des missions compta plus de 100.000 personnes.
Retour vers la frontière à grande vitesse, et dans un respect approximatif du code de la route.
Après un passage de frontière laborieux, nous sommes tout heureux de retrouver le confort relatif de l'hôtel.

Le lendemain, mardi 20 , nous poursuivons la découverte des vestiges des missions jésuites, par la « Mision San Ignacio Mini », construite au 17 ème siècle, qui rassembla jusqu'à 4000 personnes, avant d'être abandonnée, recouverte par la forêt, puis enfin restaurée au 20 ème siècle.
Après déjeuner en route, nous poursuivons vers Puerto Iguazu, et découvrons l'hôtel Margay.

Mercredi 21 , c'est la visite des chutes d'Iguazu, d'abord côté Brésilien, d'où la vue est la plus belle.
275 chutes d'une hauteur de 70 mètres se jettent dans le fleuve Iguazu, constituent l'un des spectacles naturels les plus extraordinaires au monde. La promenade auprès de la chute du Diable, avec son vacarme assourdissant, les embruns et autres arcs en ciel resteront gravés dans toutes les mémoires. Prodigieux !!

Le déjeuner au bord des chutes est parfait, suivi pour toutes par la visite de la bijouterie de l'hôtel de luxe, puis pour d'autres par un survol des chutes en hélicoptère. De nouveau du grand spectacle !
Ensuite, après un parcours en petit train découvert, nous découvrons le côté argentin, un peu moins spectaculaire, mais on ne s'en lasse pas.
Retour à l'hôtel à la fin d'une journée bien remplie et inoubliable.

Le jeudi 22 nous fait passer du climat subtropical d'Iguazu au printemps de la Patagonie. Après 2 vols et près de 6 heures de vol, nous voilà à Ushuaia et nous emménageons à l'Altos de Ushuaia, hôtel récent et bien équipé.
Encore une journée inoubliable le vendredi 23  : nous embarquons sur un catamaran pour une croisière sur le Canal de Beagle.
Comme toujours depuis le début de notre séjour en Argentine, le beau temps est de la partie.
Au cours de cette navigation, nous approchons les îles Los Lobos et Los Pajeros qui nous permettent d'observer de près les animaux mythiques de ces terres australes : manchots de Magellan, lions de mer, otaries, cormorans, sternes, etc.
Habitués au passage de bateaux, tous ces animaux restent imperturbables et se laissent filmer paisiblement.
Sur le chemin du retour, le Phare des Eclaireurs se dresse pour baliser notre route, avant le retour au port, en laissant à droite l'emblème d'Ushuaia : le Mont Olivia.
L'après-midi, nous découvrons le splendide Parc National de la Terre de Feu qui longe les baies de Lapataia et d'Ensenada, aux eaux bleues qui incitent certains, mais pas dans notre groupe, à une baignade en eau fraîche.
Une faune variée allant du lapin au canard captive les photographes, mais le plus impressionnant restera invisible : c'est le castor, constructeur de barrages, dont les dégâts sur les arbres font penser à une tempête qui serait passée sur la forêt de lengas et de cohibues.

Le samedi 24 au matin est consacré à la ville d'Ushuaia, ancienne cité pénitentiaire, dont les maisons, généralement sans étages arborent des couleurs très visibles.
Le Musée du Bout du Monde garde le souvenir des Indiens Lobos, ainsi que des bagnards et de leurs geoliers, tous aujourd'hui disparus. Il comporte également une collection d'oiseaux locaux empaillés, ce qui nous permet d'accroître notre culture souvent limitée dans ce domaine.
En supplément au programme, nous pouvons visiter la frégate école de la Marine argentine : le Libertad, un très beau voilier de 104 mètres entièrement remis à neuf.
A 17 heures départ pour un nouveau vol, cette fois vers Calafate, où d'autres spectacles grandioses nous attendent.
La récupération des bagages dans un aéroport saturé est un peu sportive, une valise est cassée..
Vers 20 heures nous intégrons sans armes mais avec bagages à l'hôtel Tierra Tehuelche. C'est de nouveau un bel hôtel, répondant parfaitement à nos souhaits. Le repas qui suit au Posta Sur est bon.

Dimanche 25  : départ à 7 heures 30. Le bus nous emmène de bonne heure vers le port de Puerto Bandera. Comme tout les groupes ont adopté la même stratégie, nous ne sommes pas les premiers, mais qu'importe : le Lago Argentino est bleu comme le ciel qui nous est toujours favorable, et vers 9H30, nous voyons nos premiers icebergs. Nous apprenons que plus la couleur bleue est intense, plus la neige a été comprimée avant de devenir glace.
Une demi-heure plus tard, nous sommes à proximité du glacier Spegazzini qui termine sa course (lente) dans le lac d'où nous le contemplons. Un spectacle de toute beauté.
Nous ne pourrons rejoindre comme prévu la Baie d'Onelli en raison du barrage d'icebergs qui s'est détaché du glacier et interdit le passage.
De ce fait, nous déjeunons à l'Estancia Los Ventisqueros, où les steaks bleus sont bien cuits.
Après une marche tranquille vers le lac, nous reprenons notre bus pour rentrer à l'hôtel. Repas moyen au même restaurant que la veille.

Lundi 26 est encore un grand moment du voyage avec l'excursion au glacier de Perito Moreno.
Seul glacier dont les dimensions ne se réduisent pas, il mesure 15 km de long sur 5 de large et atteint une hauteur de 80 mètres au dessus du lac.
Afin de compenser l'impossibilité de voir la baie d'Onelli la veille, Bénédicte nous offre d'abord une vision du glacier depuis le lac grâce à un catamaran. Nous avons une vue saisissante du glacier qui nous domine alors que nous naviguons à proximité des blocs de glace.

Puis, nous rejoignons le point de départ de l'excursion terrestre, très fréquentée.

De manière constante, des blocs de glace de taille variée se détachent du glacier et tombent dans les eaux du lac Argentino, provoquant d´impressionnantes vagues à la superficie de l´eau. Nous avons donc braqué appareils photo et caméras pour fixer avec plus ou moins de réussite ces chutes spectaculaires, ponctuées par les cris émerveillés des nombreux spectateurs.
Il faut se détacher de cette vision grandiose pour rejoindre Los Ventisqueros, qui nous sert cette fois de la viande saignante. Comme c'est du porc, une nouvelle cuisson sera nécessaire, mais rien ne pourra entamer notre bonne humeur !
De retour à Calafate, nous profitons d'un peu de temps libre pour faire du shopping, et un repas du soir excellent au Michele Angelo nous réconcilie définitivement avec les restaurants argentins.
Ensuite, nous retrouvons nos places dans le MD80 d'Aerolinas, pour un vol de 2H35 vers BA, où nous rejoignons l'hôtel Art où nous avons nos habitudes.

Mardi 27 est un nouveau jour, et c'est un nouveau vol, cette fois vers le Nord-Ouest de l'Argentine, autour de Salta.
2H10 de vol, et nous faisons la connaissance de nos nouveaux guides, Patrick et Caroline, car nous aurons 2 minibus dans cette région montagneuse.
Patrick, français expatrié, personnage pittoresque et quelque peu bavard, perpétuel mâcheur de coca, saura nous intéresser en permanence.
Installation à l'Altos de Balcarce, bon hôtel, déjeuner puis visite du centre ville : l'église San Francisco de couleur rouge, enrichie de dorures et de colonnes blanches, la Plaza 9 de Julio avec ses palmiers, la cathédrale baroque, et le Cabildo avec ses arcades.

Le mercredi 28 , nous prenons la route à 6H30 : un parcours de plus de 500 km nous attend.
Nous entrons dans la Quebrada de Humahuaca.
C'est d'abord Purmarcara, village à partir duquel nous admirons la Montagne aux Sept Couleurs. Un arc en ciel d'une étonnante beauté.
Nous reprenons la route et au travers de Maimara, c'est la « palette du peintre » qui colore tout un versant de la montagne.
A Tilcara, nous visitons le Musée Soto Avendano, riche de vestiges des tribus pré-Inca, dont une momie, puis le site archéologique dominant la ville: la Pucara, forteresse précolombienne.
A Humahuaca, altitude 3000m, le déjeuner au restaurant Pena de Fortunato est agrémenté par un groupe de musiciens jouant toutes les musiques (y compris du Mozart) sur leurs instruments typiques.
Le retour est un peu long, mais nous pouvons voir des lamas en passant le tropique du Capricorne, et un excellent beef nous réconforte à Salta.

Jeudi 29 , nous partons pour Cafayate où nous passerons la nuit.
Le trajet nous permet de parcourir la Quebrada de las Conchas, merveille minérale sculptée par l'érosion dans les montagnes rouges. Le paysage est extrêmement spectaculaire, rappelant les décors de western. Et à la Gorge du Diable, on pourrait se croire à Petra.
Puis, changement d'activité avec la visite d'une Bodega et dégustation de vins que nous apprécions.
L'après-midi, la visite du site archéologique de Quilmès ne peut avoir lieu : nous sommes accueillis par les banderoles des descendants des premiers habitants, demandant que les vestiges qui leur ont été dérobés soient restitués.
Nuit réparatrice à l'hôtel Asturias.

Vendredi 30 , grasse matinée : nous ne prenons la route qu'à 7 heures du matin.
Nous empruntons la Quebrada Las Flechas où nous retrouvons de nouveaux paysages minéraux grandioses à dominante ocre, contrastant avec le vert des vallées, tandis qu'au loin les neiges du Nevado de Cachi nous dominent du haut de leurs 6380 m ..
Un arrêt chez Paula où nous découvrons le cadre de vie rustique, mais paisible des habitants ; un autre à Molinos pour visiter l'église San Pedro Nolasco qui fait face à l'ancienne demeure du gouverneur Isasmendi; puis nous poursuivons vers Cachi où nous déjeunons (bien) à l'Automobile Club Argentin.
Pendant ce temps le ciel se couvre et nous ne reverrons plus le Nevado de Cachi.
Nous reprenons la route et traversons le Parc National Cardones où le cactus est roi. La route s'élève ensuite jusqu'au col Piedra del Molino ( 3348 m ).
La descente est très belle : route sinueuse dans une gorge colorée du rose au vert, sans compter les spectaculaires arcs en ciel qui joignent les deux versants de la montagne.
Nous retrouvons notre hôtel de Salta, et le soir un beef épais, saignant et gigantesque satisfait les appétits des plus exigeants.

La matinée du samedi 1 er décembre est paisible : quartier libre, puis déjeuner et départ pour l'aéroport. En effet, la boucle Nord-Ouest est terminée et 2H30 de vol nous ramènent à BA où nous retrouvons l'Art hôtel.

Le soir un spectacle de tango argentin nous montre tous les progrès qui nous restent à faire…

Puis le dimanche 2 , après de dernières emplettes et une dernière visite de ville en individuel, nous rejoignons l'aéroport international, et pour la plupart, Aerolinas Argentina pour un vol de 11h vers Madrid, suivi de 2h vers Paris CDG, où le groupe se sépare.

Les Antamiens sont ravis des moments passés ensemble et conscients d'avoir contemplé les plus beaux sites naturels qui soient au monde.
Il reste de merveilleux souvenirs et des images exceptionnelles à montrer à tous ceux qui n'ont pas fait ce beau voyage. Un grand merci aux organisateurs !
Et lorsque quelques mois se seront écoulés, il sera temps de penser à de nouvelles aventures.

Christian Cauvin