En mémoire de François Maurin


Nous savions à l'ANTAM que notre premier président était «en finale» mais l'annonce de son décès à peu de semaines de son centième anniversaire nous a plongés dans une immense tristesse.

Toutefois, le sentiment qui domine chez les fondateurs de l'ANTAM est l'immense fierté d'avoir œuvré de 1988 à 1993 sous la présidence de ce Grand Seigneur à la montée en puissance de L'ANTAM.

L'idée au départ était simple : rassembler ceux qui servent ou ont servi dans les rangs du Transport Aérien Militaire. Cela faisait du monde depuis 1945 et François Maurin avait connu les difficiles débuts du GMMTA en Indochine.

Rapidement mis dans la confidence par quelques « jeunes » dès 1986 il était enthousiaste car l'ambition était de ne faire aucune distinction entre officiers et sous-officiers.  François Maurin y tenait car il aimait les gens, en particulier les « petits ».

Il n'hésita donc pas à accepter la présidence de l'ANTAM en attendant que je quitte le service actif

Lorsque j'ai pris les commandes de l'ANTAM en quittant la DPMAA, fin 1993, l'outil continuait sa montée en puissance avec un noyau de « vieux fidèles » (Max Martin, Étienne Courjaret, Yves Aubert, Jean Chazal, Marc Serre...). François Maurin avec son expérience de Conseiller d’État avait veillé à la finalisation des statuts de l'Association et du Règlement Intérieur.

François Maurin a longtemps été de toutes nos Assemblées Générales « déconcentrées » pour aller au plus près des bases majeures. J'ai le souvenir de l'AG tenue à Rochefort dans ce « creuset de la mécanique ». Il était reparti radieux en montant dans le M 20 qui le ramenait à Villacoublay.

Peu d'entre nous savaient son engagement dans la présidence de la Caisse Nationale Militaire de Sécurité Sociale qui l a conduit à se soucier des « blessés de la vie » en lançant avec l'association Jean Lachenaud, le Centre de soins de suite de « La Martinière » sur le plateau de Saclay.

Faut'il ajouter qu'il a présidé pendant plus de 10 ans l'Association « le livre de l'aveugle » qui réalise et diffuse des livres enregistrés pour les malvoyants.

Le Général François Maurin, homme chaleureux et généreux était une mémoire vivante de notre armée de l'air et de son cher Transport. Il vient de prendre son envol à la rencontre de tous ceux qui l'aimaient ….Nous avons une certitude...il ne sera pas seul là-haut pour partager ses souvenirs d'une belle aventure.

Merci, mon Général et cher Président, pour ce que vous nous avez fait partager sur la Terre des Hommes.



                                                               Jean-Claude Lebrun, Président (H) de l'ANTAM.